Histoire

Contenu de la page : Histoire

A l’époque romaine

Champagne existait certainement à l’époque romaine puisque l’aqueduc des Monts d’Or, construit sous Agrippa, avant l’ère chrétienne, traversait la localité. C’était le moins long (26 km) des quatre aqueducs alimentant en eau potable la ville de Lugdunum. Cet ouvrage aurait son origine entre le Mont Verdun et le Mont Thou, à la fontaine de Thou, à 500 mètres en amont de la partie basse du village de Poleymieux. C’était un "aqueduc de surface", faiblement enterré, recouvert de trois rangées de pierres en encorbellement, ce qui facilitait son entretien : il suffisait de le découvrir pour procéder à des réparations.
L’aqueduc des Monts d’Or respectait une pente constante de 1mm à 1,5 mm par mètre et franchissait deux vallées par un système de pont-siphon équipé de tuyaux de plomb. L’un de ces ponts siphons traversait le vallon de Rochecardon pour aller en direction du hameau du Bidon.
Après le vallon d’Arche, l’aqueduc arrivait au bord du vallon de Rochecardon étroit et encaissé. Dans le fond subsiste encore le massif de fondation d’une pile d’un pont-aqueduc sur lequel la conduite franchissait la vallée. Des tronçons de ce canal ont été repérés dans une propriété privée (entre la rue Louis Juttet et la rue de la Mairie) ainsi que lors des travaux du collège Jean Philippe Rameau. Il s’engage dans la commune d’Ecully en amont du hameau de la Sauvegarde.

Il est fort probable que la présence de cet aqueduc a amené la construction d’habitations sur le territoire de notre commune à un endroit qu’il est difficile de préciser.

Autour de l’an 1000...

Le territoire actuel de la commune de Champagne accueillait un vaste domaine agricole, la "villa Campania in Agro Monte Auriacensi" qui dépendait de la riche abbaye d’Ainay.

Pendant les siècles suivants...

Champagne n’est qu’un lieu-dit de la paroisse de Saint Didier au Mont d’Or où les habitants des hameaux voisins de la Voutillière et du Bidon font pousser du blé et plantent la vigne. Les travaux d’aménagement de la route de Paris (RN6), terminés en 1787, décideront de l’avenir et de la prospérité future de Champagne.

L’industrialisation de Vaise...

Commencée sous l’Empire et accentuée sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, l’industrialisation de Vaise va contribuer au développement du modeste hameau de Champagne. Les nombreux rouliers qui amènent les marchandises de Vaise font halte dans les auberges de Champagne.

En 1860

Champagne est devenue une bourgade active de 600 habitants. Animés par la foi et l’enthousiasme de l’un des leurs, Ludovic Monnier, les Champenois, sans aucune aide extérieure, parviennent à construire leur église. Celle-ci est ouverte au culte le 9 novembre 1862 et solennellement consacrée le 12 juin 1864. L’indépendance religieuse sera le premier pas vers la séparation entre Champagne et Saint Didier.

En 1875

Les Champenois demandent la reconnaissance de Champagne en commune. Mais ils sont déboutés par le Conseil d’Etat. Ne s’avouant pas battus, les Champenois s’adressent à M. de Lanessan, Ministre de la Marine au cabinet de Waldeck Rousseau et député du Rhône. Grâce à lui, la loi du 30 décembre 1900 donne à Champagne son indépendance communale.

Le XXe siècle

En 1901, on dénombrait 987 Champenois et 213 maisons.

Les contours du territoire de Champagne ont évolué au fil du temps.
En 1958, la commune cède 8,5 % de son territoire (24 hectares) à la ville de Lyon pour le projet de construction et d’aménagement du quartier de La Duchère. De 2 320 habitants, la commune passe à 2 213 habitants, soit 107 Champenois en moins ainsi que 43 logements.
En 1969, rattachement de 9 400 m2 de la résidence le Champlouis, avenue de Montlouis (ville d’Ecully), à la ville de Champagne.

Au 31 décembre 1999, la population municipale champenoise était de 4 966 personnes.

Le blason

« D’argent à la bande d’azur, chargée en chef d’un navire d’argent et en pointe d’un lion du même et accompagnée de deux clefs, celle du chef de gueules et celle de la pointe du sinople et un château d’Or à deux portes maçonné de sable brochant sur la bande à la Champagne de gueules à trois Monts d’Or. »

Blason Le blason de Champagne est simple, il symbolise la situation de notre commune des Monts d’Or, sur l’axe routier reliant Paris (la Nef) à Lyon (le Lion) dont il constitue en quelque sorte la clé ouvrant les portes de la Capitale des Gaules.
Il date de 1967.


Vitrail du blason - Mairie Champagne au Mont d'Or Vitrail réalisé par Joseph ELLES, maître verrier, meilleur ouvrier de France en 1955, installé à Champagne rue Bellevue. Ses vitraux créés à Champagne ornent une chapelle des Etats-Unis, l’Auberge de l’Ile-Barbe et beaucoup d’autres lieux dans le monde entier (Guadeloupe, Soudan, Alep en Syrie, Baléares, Canada, Madrid,...). Mais bien plus près, la grande porte d’entrée de l’école Dominique Vincent est une création des élèves de CM1 avec J. ELLES.


A noter

Les aléas de la vie font qu’il est parfois nécessaire de vider un grenier, une cave, un appartement, une maison, ne jetez pas tout !
Vous possédez des cartes postales anciennes, des photos de Champagne ou même des photos de ‘famille’ caractéristiques d’un quartier ou de moments passés à Champagne ; vous avez des documents, publications, films évoquant Champagne, le service communication de la commune est intéressé.
Vous souhaitez donner ces archives à la commune ou seulement les prêter, n’hésitez pas à prendre contact avec les services de la mairie.

Services municipaux

Communication - Site internet - Vie locale

Télécharger la Vcard

Téléchargements

Géologie et topographie de la commune avril 2014 Configuration physique, géologie et topographie de la commune - Bulletin municipal n°20 - 3e trimestre 1975 PDF - 1.4 Mo
Télécharger
Copyright © Mairie Champagne au Mont d'Or
Aqueduc des Monts d’Or février 2013 Monographie - Bulletin municipal n°70 - Janvier 1994 PDF - 1 Mo
Télécharger
© Mairie Champagne au Mont d'Or